Éviter de succomber au stress de la note chiffrée
Auteur:Philippe DEMANOIS
Ecrivain,professeur de français au lycée municipal 2 Gadié Pierre de Yopougon
Extrait de l'ouvrage "Le Guide de l'Elève qui veut Réussir".

/Files/images/anti_stress_relax.jpg

Loin d'être une compétition, l'instruction scolaire vise à donner aux jeunes gens les armes intellectuelles et techniques nécessaires à leur insertion dans la vie. L'éducation prépare les jeunes à la vie en leur donnant des connaissances jugées utiles à cet effet.

L'évaluation qui se fait donc le plus souvent au travers de compositions, devoirs, interrogations, tests et autres batteries d'exercices écrits et oraux, n'a pas pour finalité de sanctionner au sens stricto sensu du terme (punir) mais plutôt de mesurer le niveau d'acquisition atteint par l'apprenant, afin, le cas échéant, d'apporter les correctifs nécessaires à travers une remédiation de bon aloi.
La note est donc un indicateur plus ou moins objectif du niveau de maîtrise des enseignements dispensés et des compétences que cet enseignement sous-tend.
Malheureusement, la note est de nos jours perçue comme un but, une fin en soi plutôt qu'un moyen, et de ce fait, génère tant chez les apprenants que chez leurs parents, un degré de stress incroyable, les concernés s'en faisant une fixation, oubliant que l'essentiel est d'apprendre sereinement leurs leçons, pour les uns, et d'encadrer et outiller convenablement leur progéniture, pour les autres. Il se développe alors toute une frénésie spéculative autour de la note qui devient ainsi l'enjeu de toutes les phobies et hallucinations. On est donc tenté de placer la charrue avant les bœufs: tenter par tous les moyens, y compris les moins licites et les moins rationnels. La tentation de la tricherie et de la corruption des systèmes prend alors le pas sur la nécessité de travailler comme il se doit pour être récompensé. Bien entendu, ce chemin de facilité est à déconseiller vivement.
L'élève qui veut réussir doit éviter le stress, l'obsession de la note chiffrée pour se consacrer plutôt au travail acharné, obstiné, se disant que la bonne note à laquelle il aspire légitimement est le fruit... légitime et inéluctable du travail qu'il aura accompli, en toute sérénité d'esprit. Il n'y a pas de raison qu'un travail effectué dans ces conditions ne débouche sur la bonne note attendue. La première préoccupation de l'élève qui veut réussir sera donc de se consacrer corps et âme au travail, rien que le travail. Car comme le disait fort justement le Maréchal LYAUTEY, "la joie de l'âme se trouve dans l'action".
Tâchons donc de nous mettre au travail, chers élèves et étudiants, et les fruits de cette valeur cardinale de la vie humaine seront durablement plantés en nous, y compris au-delà même de nos différents cursus de formation.

Par Philippe DEMANOIS, extrait de l'ouvrage "Le Guide de l'Elève qui veut Réussir".

Nombre de visualisations: 16

Commentaires

In order to leave a comment on the site, log in or register, please.